L’histoire des annuaires

  • L’Almanach Royal

history-of-directoriesIl faut savoir que l’origine de l’annuaire remonte au Moyen Âge, époque où on utilisait des almanachs. Repris plus tard sous la forme d’Almanach royal, il devint l’annuaire de l’administration française. Créé par le libraire et éditeur privé Laurent d’Houry, et édité dès 1700 pour Louis XIV, cet annuaire présentait des listes de noms par ordre de préséance avec :

– les membres de la famille royale de France

– les princes de sang

– les grands officiers de la Couronne

– les membres du haut clergé

– les abbés des grandes abbayes

– les maréchaux de France

– les colonels généraux

– les officiers généraux

– les ambassadeurs de France

– les consuls de France

– les présidents des principales juridictions

– les conseillers d’Etat

Venaient ensuite les banquiers, puis les personnes considérées comme de moindre importance. Avoir son nom dans l’Almanach Royal revêtait un caractère officiel et toute usurpation était sévèrement punie. Le bruit circule qu’un homme qui était simplement agent principal de M. de Faulconnier, ancien de la cour des aides de Paris, fut enfermé à la Bastille pour s’être fait inscrire dans l’Almanach Royal sous la profession de banquier.

L’édition de cet annuaire, qui était devenu celui de l’administration française, fut stoppée en 1919.

  • L’Almanach du commerce et de l’industrie

Le nom du créateur de cet annuaire évoquera des souvenirs pour de nombreux Français et Suisses puisqu’il n’est autre que Sébastien Bottin, qui publia en 1798 le premier annuaire des entreprises intitulé Almanach du commerce et de l’industrie, également appelé le bottin.

  • Du premier annuaire des abonnés téléphoniques à l’annuaire en ligne

C’est en 1880 que fut publié le premier annuaire des abonnés téléphoniques, qui comptait environ 200 noms. En 1983, la base de données fut consultable sous forme d’annuaire électronique depuis un minitel. Puis, dans les années 2000, apparurent les annuaires en ligne qui ont aujourd’hui totalement remplacé le Minitel et l’annuaire papier.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *